Les Brûlures de l'Histoire - La dernière année du Général : mai 68 - avril 69

  • Ajoutée Il y a an

    Culture TubeCulture Tube

    Durée: 48:53

    Documentaire de Patrick Rotman

    De Mai 68 à avril 1969, c'est une année noire que Patrick Rotman avait choisi de leur montrer. Une année d'incertitudes et de doutes. Une année d'usure pour un général vieilli, marqué, qui perd le contact avec ceux qui l'ont porté par deux fois au pouvoir. Mai 68 ou le début de la fin. Une fois de plus, l'équipe des Brûlures de l'Histoire est allée rechercher, dans les rayons de l'INA, des archives oubliées.

    Les superbes images d'un Paris qui croule sous les ordures, de batailles de rues la nuit, d'arbres qu'on arrache pour en faire des barrages et de visages masqués, contrastent avec celles d'un pouvoir ahuri, stupéfait, décalé. «Pendant plusieurs jours, peut-être quelques semaines, le général ne sentait pas la situation. Elle était pour lui insaisissable, il n'était pas le seul», confie Pierre Messmer, ministre des Armées du gouvernement Pompidou. Alors que le quartier Latin s'enflamme, l'auteur de l'Appel du 18 juin arpente la Roumanie au côté du conductatore Ceausescu. De retour, il reproche au gouvernement d'avoir laissé se développer la fameuse «chienlit». «Il ne nous a pas engueulés mais il était très en colère», se souvient Pierre Messmer, encore impressionné par la grogne du Président.

    Le 24 mai, de Gaulle tente de reprendre la situation en main en annonçant à la radio un référendum sur la participation. Mais il fait un bide: la nuit du 24 au 25 est la plus violente de Mai 68. Après la signature des accords de Grenelle, alors que les grèves continuent, Charles de Gaulle disparaît. Sans prévenir Pompidou, il rend visite au général Massu à Baden Baden puis fait une halte à Colombey. Et l'on redécouvre cette image terrible d'un Président qui faiblit et avoue devant les caméras de télévision: «J'ai douté de moi pour la première fois de ma vie.»

    Le 30 mai, une manifestation impressionnante lui apporte son soutien sur les Champs-Elysées. Revigoré, il dissout l'Assemblée. C'est son Premier ministre qui bat la campagne, cigarette au bec. Le résultat est inespéré: les élections des 23 et 30 juin donnent à l'UDR la majorité absolue. Charles de Gaulle semble être à nouveau maître de la situation, mais aux yeux de l'opinion, c'est Pompidou qui tire son épingle du jeu.

    «Tout d'un coup, il y a deux Présidents, analyse l'incontournable biographe Jean Lacouture. Comme l'a dit le général de Gaulle à madame Pompidou: Il paraît que votre mari et moi avons gagné les élections. Ce votre mari et moi, évidemment, ça ne peut pas durer.» Le 8 juillet, le général de Gaulle demande à Maurice Couve de Murville de former un nouveau gouvernement et éjecte Pompidou par cette phrase extraordinaire: «Je l'ai mis en réserve de la République.»

    Patrick Rotman ne se contente pas de monter images d'archives et témoignages. Sur l'affaire Markovitch ­maître-chanteur retrouvé assassiné dont le nom est lié par la rumeur à celui de la famille Pompidou­, le document apporte des révélations: «C'était non seulement une affaire sordide, mais un montage de certains services secrets. Il y a eu certains éléments du Sdece qui se sont compromis. Et on les a flanqués à la porte», confie Pierre Messmer. Georges Pompidou, lui, ne pardonnera jamais au général de ne pas l'avoir soutenu dans cette affaire glauque.

    Le documentaire s'achève sur le dernier coup de poker du chef de la France libre qui propose un référendum sur la participation. On connaît la suite, le non l'emporte et le général se retire. Quelques plans flous esquissent les silhouettes du couple de Gaulle, qui se balade dans la lande irlandaise. Dix-huit mois plus tard, le général meurt. Pompidou est présent à la messe mais ne participe pas aux obsèques.
    KUIV PRODUCTIONS - 1995

    referendum  film  de gaulle  histoire  documentaire  historique  complet  france 3  entier  historiques  arte  Les Brûlures de l'Histoire  reportage  francais  hd  mai 68  

DOUBLEPLATINE
DOUBLEPLATINE

Les syndicats souvent communistes ayant récupéré les immigrés algériens en 68 ont fait peur a de Gaulle ainsi que les jeunes gauchistes. Il n a pas compris qu il devait faire une ouverture au PS et au PC tout de suite mais empêche par lui même je pense et Pompidou et une bande de loups. Il aurait fini son mandat et clôturé mai 68 plus vite. Les législatives n ont pas suffi a le conforter au pouvoir. Il n a rien compris au communisme ça se voit ou c est de la mauvaise foi. Fier il a mis en balance son mandat dans le référendum de 69 pensant le gagner au départ. Deux ans plus tard il mourait je pense dépité d avoir perdu la France. Trop dans l affectif. Mais voir de Gaulle plus a gauche que Pompidou... Comme la vidéo en parle je ne crois pas. Le général était juge comme autoritaire et ringard. Il a laissé la France a Pompidou et aux américains. Mais la fin politique de de Gaulle est ici bien expliquée. C est vieux cette vidéo. Jobert est mort en 2002!

Il y a 12 heures
MrCoco1961
MrCoco1961

De Gaulle n'était ni de droite ni de gauche........ Comme Macron parait il......

Il y a 6 mois
Paul Laurendeau
Paul Laurendeau

https://ysengrimus.wordpress.com/2018/05/01/mai-68-la-recherche-de-linversion/

Il y a 6 mois
Laurent Pradayrol
Laurent Pradayrol

De Gaulle savait que PÔmpidou était en train de vendre la France à ses copains atlantistes , en bon ancien directeur de la banque Rothschild PomPOM supportait les agitateurs mais déclarait vouloir repousser l'anarchie afin d'activer le processus de dépouillement du pays par le crédit ; nous en observons le résultat aujourd'hui et il faut bien admettre que le général avait raison : à présent , nous sommes américains sans le savoir , en faillite économique et sans idéologie valable .

Il y a 7 mois
Bekkai Bekkai
Bekkai Bekkai

50 ANS PLUS TARDS ; QUI A PROFITER DU DEPART DU GENERAL ? QUI DOMINE ET DIRIGE D UNE MAIN DE FER AUJOURDHUI ( 2018 ) l LA FRANCE !

Il y a 9 mois
Bekkai Bekkai
Bekkai Bekkai

gros nounours / L allemagne , mon Q...... A ce que je sache il n y aucun allemand au sein du CRIF AUX ARMES LES OPPRIMEES HEIL HITLER !

Il y a 6 mois
Bekkai Bekkai
Bekkai Bekkai

ALAIN / Et les banques c est a qui ? Il ne faut plus pleurniche sur son sort , il faut ; AUX ARMES LES OPPRIMEES HEIL HITLER !

Il y a 6 mois
alain chane
alain chane

les banque !

Il y a 6 mois
Olivier Elbougnadere
Olivier Elbougnadere

lah gôche

Il y a 7 mois
Dominique Faraut
Dominique Faraut

+Bekkai Bekkai : qui dirige la France aujourd'hui ? les lobbys & les oligarchies !

Il y a 7 mois
Mme POB
Mme POB

En juin, quand DeGaulle va voir Massu à Baden-Baden, ce n'est certainement pas pour lui friser la moustache ni pour jouer aux dominos : il veut s'assurer le soutien de l'armée au cas où il serait contraint de faire un coup d'état. Il avait été alarmé par la fraternisation à Flins des ouvriers de Renault avec les paras du 2ème REP pour casser la gueule aux CRS. Les gars du 2ème n'avaient pas oublié le retour en métropole des copains du 1er, chacun menotté entre deux CRS. Mais l'armée ? Il avait constaté en 61 qu'elle n'était pas putschiste, mais en 68 ? A son retour, il fit un discours surréaliste, proposant un referendum et surtout il décréta une amnistie de tous les faits en relation avec la guerre d'Algérie ! C'était évidemment la condition que Massu avait mise à son soutien et c'est comme ça que les anciens chefs de l'OAS furent libérés de prison. Ce n'est même pas évoqué dans le film. Pour ce qui est de l'affaire Markovic, elle est présentée comme un complot destiné à salir pompidou qui, si on en croit le film, ne comprenait pas ce qui lui arrivait. Le pauvre chéri !!! Markovic fut descendu sur ordre d'un truand corse bien connu qui - curieux hasard - avait déminé le port de Toulon en 44 en compagnie d'un certain Alain Delon... qui partouzait avec les pompidou, notamment dans une boîte du 6ème arrondissement nommée "la Tour de Nesle". Markovic aurait donc pris des photos (cela n'a jamais été prouvé) et aurait tenté de faire chanter l'ancien premier ministre. Là était la première manip : l'autre n'ayant pas le nez propre aurait demandé à Delon (patron de Markovic) de faire quelque chose. On retrouva peu après le corps de Markovic, assassiné. Pompidou aurait pu donner l'ordre mais même moi, qui le haïssais viscéralement, j'en doute, cela aurait été trop dangereux. Donner à un préfet de police un ordre écrit de massacrer les jeunes dans la fièvre des manifs de mai, c'est une chose. Donner l'ordre de buter un truand en est une autre, mais pour les Français informés, qui savaient que c'était un assassin, le lien était facile à faire. Là était la deuxième manip. Le compromettre dans une affaire de moeurs ne concernant que des adultes ne serait pas allé très loin, cela aurait fait rigoler les Français... mais suggérer qu'il avait trempé dans un crime, le plan était diabolique. L'affaire tourna en eau de boudin et ne fut jamais élucidée, cela jeta une suspicion sur pompidou, qui avait encore les moyens d'entraver la marche de la justice et à mon avis c'était là le dernier piège. J'ai édulcoré l'affaire, dont je connais les ficelles de deux sources différentes du milieu des partouzes parisiennes. Pour moi qui ai vécu de très près ce qui s'est passé en mai-juin 68 et dans l'année qui suivit, ce film est très proche d'un film de propagande. DeGaulle n'avait pas réformé grand chose depuis 58, avec des réactionnaires durs à Matignon qu'il n'avait pas nommés pour réformer. Le film voudrait faire croire qu'il serait devenu un peu plus progressiste sur ses vieux jours... pour redorer le blason de qui ? Le film date de 94 et on pense à Chirac. En tout cas il y a un point sur lequel je suis en accord avec lui : il faudrait supprimer le Sénat, les départements, le conseil économique et social et des quantités de "comités théodules", pour reprendre son expression.

Il y a 9 mois
Philip Lédonien
Philip Lédonien

> Mme POB omet de préciser que Stefan Markovic, garde du corps et homme à tout faire de Delon, baisait avec Nathalie Delon. Et ça, Alain Delon ne pouvait le laisser passer. 3 semaines après que Delon l'a su, on retrouvait le corps de Markovic dans une décharge, une balle dans la nuque. Markovic qui, 15 jours auparavant, avait écrit à son frère resté en Yougoslavie : « Si on me retrouve mort un jour, c'est que Delon m'aura assassiné ou fait assassiner par Marcantoni.. » ... Pour le reste, l'histoire des 'Ballets Bleus' impliquant Mme Pompidou, c'est juste une légende urbaine. ------------------------------------- ...

Il y a 7 mois
Philip Lédonien
Philip Lédonien

.. Mme POB : « .. En juin, quand DeGaulle va voir Massu à Baden-Baden.. » Ça commence mal ta diatribe indigeste.., car c'était en mai ! Le mercredi 29 mai me semble-t-il. Oui, je connais : je suis né sous Vincent Auriol... ----------------------- ...

Il y a 7 mois
Marc Jean Leclercq
Marc Jean Leclercq

Brillant.

Il y a 8 mois
Jean MACHIN
Jean MACHIN

@Mme POB - Très fine analyse, dommage que certains ignares analysent ce sujet avec grossièreté -

Il y a 8 mois
Vincent P.
Vincent P.

Putain mais ferme ta gueule et retourne skier conasse.

Il y a 9 mois
gros nounours
gros nounours

Pour moi qui suis un électeur très à gauche , qu'elle belle idée que la participation proposé par le général de Gaulle !!!👍🐻

Il y a 10 mois

Prochain